La Corse et le partage des eaux
La Corse est une grande île française, rocheuse et montagneuse. Jusqu’à il y a 29 millions d’années, la Corse et la Sardaigne n’étaient pas des îles puisqu’elles étaient rattachées au « continent provençal ». La dérive corso-sarde (< vidéo) a éloigné ces deux blocs en les faisant tourner. Dans la Corse d’aujourd’hui, les eaux du versant oriental s’écoulent vers la mer Tyrrhénienne dite aussi « intérieure » entre la Corse et la péninsule italienne. Sur le versant occidental, les eaux s’écoulent vers la mer Méditerranée « extérieure ». La ligne de partage des eaux entre ces deux mers constitue la colonne vertébrale d’une Corse devenue île qui se tiendrait debout. Elle est l’objet principal de cette page dont l’idée est venue de diapositives retrouvées pendant la période de confinement Covid 19 ! > voir au bas de cette page et aussi ici
Géographie
La Corse (8680 km²) est la quatrième plus grande île de la mer Méditerranée après la Sicile (25709 km²), la Sardaigne (24090 km²) et Chypre (9251 km²). Sa forme est caractéristique, un peu comme un grand jambon, d’origine corse bien sûr !
La Corse a une longueur de 184 km entre ses deux extrêmes, au nord, une pointe sans nom du Cap Corse [43° 0.7’N 9°25.3’E] 500 m à l’ouest de la punta d’Agnello, et au sud, le Capu Testagro [41° 21.9’N 9°12.0’E].
La largeur maximale de la Corse est de 84,3 km. Son point le plus oriental* se trouve sur la Costa Verde en bordure du territoire de la commune de San Giuliano, près d’une Torre Fiorentina érigée en 1580 [42°16.9’N 9°33.6’E]. Son point le plus occidental est le Capu Rossu, sur la commune de Piana [42°14.2’N 8°32.4’E].
* La plage corse de San Giuliano est aussi le point le plus oriental de la France métropolitaine. A noter, pour le clin d’oeil sur les noms, que le point le plus occidental de la France continentale s’appelle la pointe de Corsen en Bretagne [48°24.8’N 4°47.7’O].
La Corse se trouve au plus près à 164 km de la côte continentale française, entre le cap de la Revellata (commune de Calvi, Corse) et le cap Martin (commune de Roquebrune-Cap-Martin, Alpes-Maritimes). La côte de la péninsule italienne se trouve au plus près à 84 km entre Crosciano (Corse, France) et Piombino (Toscana, Italie). Vers le sud, les Bouches de Bonifacio séparent la Corse de la Sardaigne. La punta Falcone, extrémité nord de la Sardaigne, se trouve à 12 km du Capu Testagro corse.
Histoire
La Corse a été cédée à la France par la Repubblica di Genova dans le cadre du traité de Versailles du 15 mai 1768, une année avant la naissance de Napoléon Bonaparte (15 août 1769).
Le 1er janvier 2018, 250 ans plus tard, la Corse est devenue une collectivité territoriale unique française, un statut qui lui confère à la fois les compétences d’une région et d’un département. Trois autres collectivités françaises ont ce statut particulier : la Guyane, Mayotte et la Martinique.
Ligne de partage
Longueur  La ligne de partage des eaux est / ouest a une longueur de 323 km. Le rapport de cette longueur à la distance à vol d’oiseau entre ses extrêmes (184 km) est de 1,76 correspondant à une sinuosité moyenne. Le milieu de la ligne de partage corse se trouve précisément au-dessus du lac de Capitello, sur le GR20 au col (≈2080 m) sur la crête orientale qui mène à la Punta alle Porte [42°12.5’N 9°0.6’E].
Altitude moyenne 1190 m est la moyenne des altitudes de chacun des points de la ligne de partage. Cette valeur est voisine de l’altitude moyenne de la ligne de partage Atlantique / Méditerranée (1230 m sur 8100 km).
Point le plus bas Comme dans toutes les lignes de partage qui aboutissent à un cap maritime, le point le plus bas est le niveau zéro de la mer, référence topographique issue en France des mesures réalisées au marégraphe de Marseille. Si l’on exclut les portions finales de ce partage descendant vers la mer au nord comme au sud, le point d’altitude la plus basse est le col de Santo Stefano (368 m) sur le territoire de la commune d’Olmeta-di-Tuda [42°36.0’N 9°21.6’E] franchi par la route D82. > voir cols routiers plus loin
Point culminant  Le sommet le plus élevé de la ligne de partage corse est la Punta Minuta (2556 m) [42°22.5’N 8°54.8’E]. Le 2ème sommet le plus élevé est la Paglia Orba (2525 m) [42°20.6’N 8°52.7’E] située 4,6 km au sud-ouest de la Punta Minuta.
> Le Monte Cinto (2706 m) [42°22.8’N 8°56.8’E] point culminant de la Corse, n’est pas sur la ligne de partage principale. Il se trouve à 2,65 km à l’est de la Punta Minuta, point culminant du partage.
26 fleuves du partage
Vu la taille de l’île, les fleuves corses ne peuvent être que des fleuves côtiers selon la définition géographique officielle : longueur inférieure à 200 km ou bassin versant inférieur à 10.000 km². La liste ci-dessous (ainsi que la carte) ne détaille que les fleuves côtiers supérieurs à 5 km (donc hors Cap Corse, trop étroit pour avoir des fleuves significatifs) dont le bassin versant remonte jusqu’à la ligne de partage principale de l’île. La longueur est calculée à partir de l’origine du ruisseau affluent le plus éloigné de la mer.
Versant oriental (mer Tyrrhénienne) du nord vers le sud (12 fleuves) Bevinco (29 km) • Golo (89 km le plus long fleuve corse) • Tavignano (88 km presque aussi long que le Golo) • Fium’Orbu (48 km) • Abatesco (25 km) • Travu (31 km) • Solenzara (22 km) • U Cavu (22 km) • Osu (22 km) • Stabiacciu (22 km) • Truone (15 km) • Canali (7 km).
Versant occidental du nord vers le sud (14 fleuves) Aliso (21 km) • Ostriconi (23 km) • Regino (18 km) • Seccu (16 km) • Figarella (23 km) • Fango (26 km) • Porto (23 km) • Liamone (48 km) • Gravona / Prunelli (47 km) • Taravo (65 km) • Rizzanese (53 km 3ème fleuve corse) • Ortolo (31 km) • Canella (15 km) • Ventilegne (9 km).
> Il existe aussi en Corse des fleuves « orphelins » dont le bassin versant ne remonte pas jusqu’au partage principal. Les deux plus longs fleuves orphelins corses se trouvent côté mer Tyrrhéniennne, dans l’espace entre les bassins versants du Golo et du Tavignano : la rivière d’Alesani  (25 km) dont l’embouchure se trouve à deux pas de l’extrémité orientale de la Corse  la rivière de Bravona (37 km) dont l’embouchure est 9 km plus au sud.

44 sommets > 2000 m
La ligne de partage principal de la Corse passe par 44 sommets de plus de 2000 m d’altitude listés ci-dessous du nord vers le sud entre des cols routiers bien connus.
> On ne prend pas en compte les prohéminences sur des arêtes continues entre cols et sommets principaux.
Entre la Bocca di a Battaglia et le Col de Vergio Punta Radiche (2012 m) Capu a u Dente (2029 m) Monte Corona (2144 m) Capu Ladroncellu (2144 m) Punta Ghialla (2085 m) Punta Mezagnu (2085 m) Capu a u Carrozzu (2139 m) Capu di a Marcia (2154 m) A Muvrella (2148 m) Punta Culaghia (2034 m) Punta Stranciacone (2151 m) Punta Missoghiu (2211 m) Capu di a Muvraghia (2062 m) Punta Rossa / Pic Von Cube (2247 m) Punta Minuta (2556 m)* Capu di a Crucetta (2186 m) Capu Tighiettu (2273 m) Capu Ucellu (2279 m) Paglia Orba (2525 m)* Capu Tafunatu (2335 m) Pointe de Cricche (2057 m).
* voir photos ci-dessous

Entre le Col de Vergio et le Col de Vizzavona Capu a u Tozzu (2005 m) Capu a e Furcelle (2062 m) Cimatella (2098 m) Capu a u Prunu (2006 m) Capu a i Sorbi (2265 m) Pointe des Sept Lacs (2266 m) Punta alle Porte (2313 m) Punta Muzzella (2342 m) Pointe de Pinzi Corbini (2021 m) Pointe Muratello (2141 m) Pointe Migliarello (2254 m).
Entre le Col de Vizzavona et le Col de Verde Punta Cancellone (2121 m) Punta dell’Oriente (2111 m) Pinzi Corbini (2052 m) Punta Bacinello (2247 m) Monte Renoso (2352 m) Punta di Valle Longa (2281 m) Punta Scaldasole (2100 m).
Entre le Col de Verde et le Col de Bavella Punta della Cappella (2041 m) Monte Alcudina / Monte Incudine (2134 m) Punta di Valli Tremuli (2129 m) Punta Scarachiana (2128 m) Punta di Tintennaja (2018 m).
75 communes
Le territoire de 75 communes est traversé ou bordé par la ligne de partage corse. Liste des communes ci-dessous du nord vers le sud (sont surlignées les communes extrêmes en nombre d’habitants) :
Rogliano (563 habitants) Morsiglia (119 h) Meria (102 h) Luri (835 h) Pino (164 h) Barrettali (133 h) Pietracorbara (651 h) Canari (312 h) Ogliastro (104 h) Sisco (1169 h) Olcani (82 h) Brando (1630 h) Olmeta-di-Capocorso (142 h) Santa-Maria-di-Lota (1722 h) Farinole (228 h) San-Martino-di-Lota (2901 h) Patrimonio (807 h) Ville-di-Pietrabugno (3323 h) Bastia (45715 h) Barbaggio (303 h) Poggio-d’Oletta (213 h) Oletta (1696 h) Olmeta-di-Tuda (488 h) Vallecalle (137 h) Murato (600 h) Rapale (151 h) Piève (115 h) Sorio (142 h) Lento (103 h) Pietralba (504 h) Lama (151 h) Novella (83 h) Olmi-Cappella (180 h) Palasca (170 h) Occhiatana (246 h) Pioggiola (88 h) Speloncato (276 h) Nessa (109 h) Fellceto (225 h) Zilla (286 h) Calenzana (2342 h) Mausoléo (17 h) Asco (119 h) Manso (114 h) Albertacce (200 h) Évisa (219 h) Cristinacce (63 h) Letia (121 h) Corte (7446 h) Soccia (146 h) Orto (55 h) Guagno (165 h) Venaco (711 h) Vivario (432 h) Pastricciola (97 h) Bocognano (396 h) Ghisoni (212 h) Bastelica (533 h) Ciamannacce (133 h) Palneca (161 h) Isolaccio-di-Fiumorbo (311 h) San-Gavino-di-Fiumorbo (150 h) Cozzano (273 h)
Zicavo (229 h) Quenza (190 h) Solaro (706 h) Zonza (2722 h) Conca (1100 h) San-Gavino-di-Carbini (1110 h) Carbini (103 h) Porto-Vecchio (12042 h) Levie (687 h) Sotta (1371 h) Figari (1446 h) Bonifacio (3118 h).
18 cols routiers
Les routes carrossables de de la Corse franchissent la ligne de partage des eaux en empruntant 18 cols listés ci-dessous du nord vers le sud.
> Des pistes non goudronnées franchissent quelques cols cyclables en VTT seulement.
Col de Capiaja (250 m d’altitude – D80 du tour du Cap Corse entre Macinaggio et Centuri) • Col de Morsiglia (380 m – D35 entre Meria et Baragogna) • Col de Santa Lucia (380 m – D180 entre Santa Severa et Pino) • Col de Teghime (536 m – D81 entre Bastia et Saint-Florent ou D38 vers Oletta) • Col de Santo Stefano (368 m – D82 entre Biguglia et Oletta) • Santa Maria (460 m – T30 entre Ponte Leccia et l’Île-Rousse) • Bocca a Croce (513 m – D12 dans la commune de Novella) • Col de San Colombano (692 m – T301 entre T30 et Palasca) • Bocca di u Prunu (734 m – D963 entre Olmi-Cappella et Palasca) • Bocca di a Battaglia (1103 m – D63 entre Pioggiola et Speloncato) •  Col de Vergio (1427 m – D84 entre Albertacce et Évisa)  • Col de Vizzavona (1161 m – T20 entre Corte et Ajaccio) • Col de Verde (1289 m – D69 entre Ghisoni et Cozzano) • Col de Bavella (1217 m – D268 entre Solenzara et Zonza) • Bocca d’Illarata (988 m – D368 entre Porto Vecchio et Zonza) • Col de Bacinu (809 m – D59 entre Sotta et Levie) • Mucchiastrellu (110 m – D859 entre Sotta et Figari) • Cavallo Morto (66 m D60 entre Porto Vecchio et Bonifacio).
> Le col de Vergio est le plus haut col routier de Corse. Le col de Santo Stefano est le point bas de la ligne de partage en dehors des parties descendantes du partage vers les extrémités maritimes, au nord comme au sud.
2 tunnels + 1
La ligne de partage des eaux est traversée par 2 tunnels ferroviaires, un sur chacune des deux lignes corses qui ont la particularité d’être à voie étroite métrique (largeur entre rails de 1 m au lieu du standard européen de 1,435 m).
Tunnel de Vizzavona Sur la ligne reliant Ajaccio à Bastia, ce tunnel à voie métrique unique de 3916 m de longueur passe sous le col routier de Vizzavona. Il a été inauguré le 14 juillet 1889, jour de fête nationale française et centenaire de la prise de la forteresse de la Bastille. > petite traversée du tunnel en train, direction gare de Vizzavona et Bastia
Tunnel de Novella La branche ferroviaire qui part de Ponte Leccia, sur la ligne entre Ajaccio et Bastia, pour rejoindre L’Ile-Rousse puis Calvi a été mise en service entre 1889 et 1890. Elle comporte une dizaine de tunnels dont le tunnel de Novella, 375 m de longueur, qui passe sous le partage des eaux non loin du col routier Bocca a Croce. > ligne et entrée sud du tunnel de Novella
Oeil du Diable Un troisième « tunnel », 100% naturel celui-là, ne peut être passé sous silence. Il s’agit du grand trou dans la paroi rocheuse du Capu Tafunato (tête trouée en langue corse) (2335 m) [42° 20.54’N 8°52.1’E] > planche photo. Cette caverne traversante à une largeur de 35 m et une hauteur de 10 m. Chaque année, les 26 et 27 juillet, le soleil se couche dans l’Oeil du Diable, spectacle bien visible depuis le plateau d’Alzu [42°16.6’N 9°3.3’E] au-dessus de Corte. > photo du coucher de soleil dans l’Oeil du Diable
GR 20 et ligne de partage
Le GR 20 est un sentier de Grande Randonnée balisé depuis le début des années 70. Il relie en 179 km Calenzana [42°30.4’N 8°51.3’E], au nord de l’île près de Calvi, à Conca [41°44.0’N 9°20.1’E], au sud de l’île.
La notoriété internationale du GR20 est relativement récente. Comme pour les chemins de Compostelle, la surfréquentation pose des problèmes de qualité, d’authenticité et de sécurité, même si elle génère des ressources importantes pour l’économie locale.
Le GR 20 n’est jamais très éloigné de la ligne de partage, il en suit même parfois précisément le fil. Il est un peu un « modèle réduit » du Continental Divide Trail américain qui longe le partage des eaux Pacifique / Atlantique.
L’idée d’étudier en détail le partage des eaux de la Corse est venue des diapositives retrouvées par l’auteur de ces lignes pendant la drôle de période de confinement Covid 19. Souvenirs lointains revenus à la surface d’une difficile traversée hivernale de la Corse à ski en février 1984, entre GR 20 et partage des eaux. > planche photographique ci-dessous

Diapositives retrouvées 36 ans plus tard… © Pierre-Louis Blaix
×