Entre Loire et Garonne, un partage
La ligne de partage des eaux entre les bassins de la Loire et de la Garonne déroule son fil granitique et volcanique dans le Massif Central puis sur les plateaux entre Limousin et Périgord. Elle débute en Lozère, à la ligne de partage Atlantique / Méditerranée (la ligne A/M des initiés). Sa longueur totale est  495 km (deux fois la longueur du partage Garonne-Adour) avec aux extrémités deux tripoints de bassins.
au sud le tripoint de bassins Loire-Garonne-Rhône (LGR) situé à 1267 m d’altitude dans le département de la Lozère, entre les territoires des communes de Allenc (village de Larzalier) et Mont-Lozère-et-Goulet (village de Belvezet) [44°33’18″N 3°43’24″E] sur un petit col dit de la Pierre-Plantée à 1 km au nord-ouest du carrefour de la Pierre-Plantée où est érigé un menhir. Ce tripoint partage les écoulements entre la Boutaresse (17 km > Chapeauroux > Allier > Loire), l’Allenc (11 km > Lot > Garonne) et le Chassezac (85 km > Ardèche > Rhône).
> Dordogne : pour les « inconditionnels » d’une Dordogne-fleuve (lire aussi plus loin), l’épaule sud du Plomb du Cantal à moins de 300 m du sommet et à 1820 m d’altitude [45°3.4’N2°45.7’E] est le tripoint entre la Loire (par l’Alagnon et l’Allier), la Garonne sans la Dordogne (par le Brézons, la Truyère et le Lot) et la Dordogne (par la Cère et la Vézère). Depuis ce tripoint la ligne de partage Loire-Dordogne a une longueur de 353 km soit 71% de l’ensemble de la ligne Loire-Garonne.

au nord-ouest le tripoint de bassins Loire-Garonne-Charente (LGC) situé à 461 m d’altitude sur le territoire de la commune de Pageas (Vienne, Nouvelle-Aquitaine), au lieu-dit « Le Mazaubert », à 27 km  au sud-ouest de Limoges et à 250 m au nord de la route D15 [45°39.6’N 1°1.0’E]. Ce tripoint partage les eaux entre  la Gorre (39 km > Vienne > Loire), la Dronne (201 km > Isle > Dordogne > Garonne) et la Tardoire (121 km > Charente).

Quatre M La ligne de partage Loire-Garonne traverse quatre entités géographiques, granitiques ou volcaniques en M.
• Margeride Il s’agit d’une région montagneuse granitique aux limites des départements de la Lozère, de la Haute-Loire et du Cantal. La Margeride s’étend entre les vallées de l’Allier (affluent rive gauche de la Loire) et de la Truyère (affluent rive droite du Lot). Sa limite sud  est le haut Lot (affluent rive droite de la Garonne).
• Monts du Cantal Il s’agit du massif volcanique source des bassins de l’Allier (par l’Alagnon), du Lot (par le Brézons et la Truyère) et de la Dordogne (par la Santoire, la Cère et la Jordanne).
• Monts d’Or Ce massif volcanique, point culminant du Massif Central (Puy de Sancy 1885 m > voir plus loin), se trouve aux sources des bassins de l’Allier (par la Couze Chambon) et de la Dordogne ‘sa source propre mais aussi la Tarentaine et la Clamouze).
• Millevaches Il ne s’agit pas d’une ferme productiviste mais du nom d’un vaste plateau granitique qui s’étend sur les départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne (Nouvelle-Aquitaine). Ce plateau est à la source des bassins de la Loire (par la Creuse et la Vienne) et de la Dordogne (par la Diège et la Vézère).

Quatre bassins versants
Loire
La Loire (1006 km) est le plus long fleuve de France. Elle prend ses sources au pied du versant sud-ouest du Mont Gerbier-de-Jonc (1551 m) [44°50.6’N 4°13.2’E] un piton volcanique du Massif Central dont le sommet lui-même se trouve sur la ligne de partage des eaux Loire (Atlantique) / Rhône (Méditerranée). Plusieurs sources de la Loire [la plus éloignée ici : 44°50.3’N 4° 3.68’E] sont exploitées pour le tourisme près de la limite entre les communes de Sainte-Eulalie et Saint-Martial (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes). La Loire rejoint l’Atlantique entre les communes de Saint-Nazaire et Saint-Brévins-les-Pins (Loire-Atlantique, Pays-de-Loire) [47°16.2’N 2°11.0’W]. Le bassin versant de la Loire a une superficie de 117.356 km². Les affluents les plus importants se trouvent sur la rive gauche : Allier (422 km) Cher (367 km) Vienne (365 km). Les nombreux affluents de sa rive droite proviennent de la ligne A/M puis, à partir de l’Arroux, du partage Seine-Loire : Gazeille (28 km)  Lignon du Velay (87 km)  Semène (48 km)  Furan (39 km)  Coise (52 km)  Toranche (30 km)  Loise (27 km)  Rhins (61 km)  Sornin (54 km)  Arconce (103 km)  Arroux (132 km)  Aron (104 km)  Loir (320 km) et Sarthe (317 km) réunis sous l’appellation Maine (11 km).
Garonne La Garonne prend ses sources dans le Val d’Aran espagnol (Cataluña). Sources au pluriel, la plus éloignée étant l’émissaire du lac de Saboredo dans le parc national d’Aigüestortes  [42°37.1’N 0°58.1’E].  Depuis ce point, la Garonne a une longueur de 600 km tout rond jusqu’à l’extrémité de l’estuaire de la Gironde considéré au centre de l’alignement Royan <> Pointe-de-Grave [45°35.8’N 1°3.0’O]. Le bassin versant de la Garonne a une superficie de 79.800 km² (y-compris le bassin de la Dordogne, voir ci-dessous). Les principaux affluents sont sur la rive droite : Ariège (161 km)  Hers (89 km)  Tarn (380 km)  Lot (486 km)  Dordogne (481 km). En rive gauche : Neste (72 km)  Gers (177 km) Baïse (188 km)  Ciron (97 km).
> Aneto : une autre source de la Garonne provient du versant nord du pic d’Aneto, en principe sur le versant méditerranéen des Pyrénées, mais détourné vers la Garonne par le gouffre karstique nommé Forau de Aigualluts découvert par le spéléologue Norbert Casteret.  > cartes et explications

> Dordogne : malgré certaines revendications locales, il existe peu d’arguments pour affirmer que la Dordogne soit un fleuve, même si la marée et les poissons migrateurs y remontent. Quatre raisons au moins vont dans le sens de considérer la Dordogne comme affluent de la Garonne :  1 • la Gironde que la Dordogne rejoint au bec d’Ambès est un long estuaire et non l’océan. 2 • la Dordogne est plus courte de 47 km par rapport à la Garonne. 3 •  le bassin versant de la Dordogne (24.000 km²) représente moins de la moitié de celui de la Garonne seule (55.800 km²) et son débit moyen est d’un peu plus de la moitié (380 m³/s vs 650m³/s). 4 • et surtout, le sommet du bassin versant de la Dordogne reste très éloigné de la ligne de partage continentale A/M (120 km à vol d’oiseau au plus près), entouré par l’amont des hauts-bassins de l’Allier et de la Loire. Si la Dordogne était un fleuve, elle serait bien orpheline !
Rhône  Le Rhône prend sa source à 2200 m d’altitude au pied du glacier du Rhône (Rhonegletscher) situé sur le territoire de la commune de Obergoms (Conches-le-Haut en français) dans le canton du Valais (Suisse) [46°34.5’N 8°22.8’E]. Jusqu’à l’extrémité de son delta dans la Méditerranée [43°20.0’N 4°50.6’E], le Rhône a une longueur de 784 km partagée entre la Suisse et la France : 204 km (26%) en Suisse ; 60 km (8%) sur deux tronçons de frontières franco-suisses (Léman et Rhône) ; 520 km (66%) en France. Les principaux affluents du Rhône viennent du Jura et du Massif Central sur sa rive droite : Ain (190 km) Saône (475 km) Ardèche (126 km) Cèze (129 km) Gard (137 km). Sur sa rive gauche venant des Alpes : Isère (288 km) Drôme (111 km) Durance (320 km).

Charente et Seudre, deux fleuves « orphelins ».

Charente Ce fleuve français à méandres s’écoule en passant par les départements de Haute-Vienne, Charente, Vienne et Charente-Maritime (Nouvelle-Aquitaine). La Charente prend sa source dans la commune de Chéronnac (Haute-Vienne) [45° 45.3’N 0°46.3’E]. Elle rejoint l’océan entre les communes de Fouras et Port-des-Barques (Charente-Maritime, Nouvelle-Aquitaine) [45°57.3’N 1°4.6’W]. La Charente (383 km et 9855 km² de bassin versant) se situe à la limite de la définition des fleuves côtiers (<10.000 km² et >200 km). Mais, fleuve côtier ou pas, la Charente a son haut-bassin encadré au sud par le bassin de la Garonne et au nord par le bassin de la Loire. Sa source se trouve bien loin de la ligne A/M (277 km à vol d’oiseau). La Charente est dite fleuve orphelin.  C’est son affluent rive gauche, la Tardoire (121 km) qui prend sa source à proximité du tripoint Loire-Garonne-Charente, extrémité nord de la ligne de partage Loire-Garonne.

Le partage des eaux Loire-Garonne traverse la Margeride, les Monts du Cantal, les Monts d’Or et le plateau de Millevaches.

115 communes, 7 départements, 3 régions
Entre le tripoint de Belvezet (Mont-Lozère-et-Goulet, Lozère) et celui de Mazaubert (Pageas, Haute-Vienne), 115 communes de 7 départements sont traversées ou bordées par la ligne de partage des eaux Loire / Garonne. Les communes concernées sont en général très peu peuplées, de La Godivelle (Puy-de-Dôme, 14 habitants) à Nexon (Haute-Vienne, 2539 h). Les communes qui dépassent 1000 habitants sont le plus souvent issues de la fusion d’anciennnes communes. Par exemple, Mont-Lozère-et-Goulet, une nouvelle commune rencontrée à deux reprises par notre association, qui a sur son territoire, le tripoint initial du partage Loire-Garonne près de son village de Belvezet [44°33’18″N 3°43’24″E].
• Lozère (Occitanie) sur 65 km (13%) et 17 communes : Mont-Lozère-et-Goulet (1041 habitants) • Allenc (241 h) • Laubert (97 h) • Arzenc-de-Randon (200 h)  • Pelouse (234 h) • Estables (165 h) • La Villedieu (32 h)  • Saint-Sauveur-de-Ginestoux (57 h) • La Panouse (77 h) • Saint-Denis-en-Margeride (171 h) • Saint-Paul-le-Froid (140 h) • Sainte-Eulalie (37 h)  • Lajo (106 h) • Le Malzieu-Forain (476 h) • Saint-Privat-du-Fau (124 h) • Paulhac-en-Margeride (101 h) • Julianges (53 h).
• Haute-Loire (Auvergne-Rhône-Alpes) sur 7 km (≈1%) et 2 communes :  Chanaleilles (181 h) • Grèzes (198 h).
• Cantal
(Auvergne-Rhône-Alpes) sur 127 km (26%) et 34 communes :  Clavières (209 h) • Védrines-Saint-Loup (141 h) • Ruynes-en-Margeride (707 h) • Montchamp (136 h) • Vabres (250 h) • Tiviers (172 h) • Vieillespesse (248 h) • Mentières (127 h) • Coren (434 h) • Rézentières (110 h) • Talizat (581 h) • Neussargues-Moissac (1004 h) • Coltines (454 h) • Celles (220 h) • La Chapelle-d’Alagnon (249 h) • Laveissenet (130 h) • Valuéjols (565 h) • Paulhac (414 h) • Albepierre-Bredons (246 h) • Brezons (183 h) • Saint-Jacques-des-Blats (330 h) • Laveissière (524 h) • Mandailles-Saint-Julien (187 h) • Lavigerie (107 h) • Dienne (273 h) • Murat (1878 h) • Ségur-les-Villas (202 h) • Vernols (65 h) • Saint-Saturnin (205 h) • Landeyrat (89 h) • Saint-Bonnet-de-Condat (116 h) • Marcenat (515 h) • Pradiers (89 h) • Montgreleix (44 h).
• Puy-de-Dôme
(Auvergne-Rhône-Alpes) sur 107 km (22%) et 23 communes : Anzat-le-Luguet (178 h) • Saint-Alyre-ès-Montagne (126 h) • La Godivelle (14 h) • Compains (126 h) • Besse-et-Saint-Anastaise (1504 h) • Chambon-sur-Lac (417 h) • Mont-Dore (1278 h) • Murol (588 h) • Saulzet-le-Froid (272 h) • Orcival (243 h) • Perpezat (432 h) • Murat-le-Quaire (472 h) • Saint-Sauves-d’Auvergne (1133 h) • Laqueuille (369 h) • Saint-Julien-Puy-Lavèze (359 h) • Briffons (269 h) • Heume-l’Église (105 h) • Tortebesse (69 h) • Saint-Germain-près-Herment (84 h) • Lastic (122 h) • Verneugheol (241 h) • Giat (816 h) • Fernoël (131 h).
• Creuse
(Nouvelle-Aquitaine) sur 38 km (8%) et 11 communes : Basville (159 h) •  Crocq (411 h) • Flayat (309 h) • Saint-Agnant-près-Crocq (184 h) • Malleret (44 h) • Beissat (25 h) • Saint-Oradoux-de-Chirouze (68 h) • La Courtine (769 h) • Clairavaux (156 h) • Le Mas-d’Artige (99 h) • Féniers (94 h).
• Corrèze
(Nouvelle-Aquitaine) sur 72 km (14%) et 13 communes : Saint-Setiers (285 h) • Millevaches (81 h) • Peyrelevade (850 h) • Saint-Merd-les-Oussines (129 h) • Tarnac (339 h) • Bugeat (803 h) • Toy-Viam (37 h) • Viam (93 h) • Saint-Hilaire-les-Courbes (158 h) • Lacelle (137 h) • Chamberet (1372 h) • Meilhards (517 h) • Masseret (676 h).
• Haute-Vienne (Nouvelle-Aquitaine) sur 79 km (16%) et 15 communes : Surdoux (44 h) • La Croisille-sur-Briance (641 h) • La Porcherie (514 h) • Saint-Germain-les-Belles (1169 h) • Magnac-Bourg (1089 h) • Château-Chervix (799 h) • Saint-Priest-Ligoure (668 h) • La Roche-l’Abeille (618 h) • La Meyze (828 h) • Janailhac (536 h) • Nexon (2539 h) • Saint-Hilaire-les-Places (870 h) • Rilhac-Lastours (371 h) • Bussière-Galant (1308 h) • Les Cars (632 h) • Pageas (580 h).

Altitudes
Moyenne L’altitude moyenne sur l’ensemble des 495  km du parcours de la ligne Loire / Garonne est de 1020 m.

Plomb du Cantal et Puy Ferrand, points culminants quasi ex-aequo de la ligne Loire Garonne.

Points culminants  Fait rare, cette ligne de partage a deux points culminants.
• Monts du Cantal Le premier point le plus élevé de cette ligne de partage se situe au sommet du Plomb du Cantal (1855 m) [45°3.5’N 2°45.7’E], point culminant également du département du Cantal. Nous sommes sur la limite entre deux communes du Cantal (Auvergne-Rhône-Alpes), Albepierre-Bredons (commune déjà bien illustrée dans cet article) et Saint-Jacques-des-Blats.

• Monts d’Or  Un deuxième point culminant se trouve à 52 km au nord du Plomb du Cantal. Il s’agit du Puy Ferrand (1854 m) [45°31.5’N 2°49.6’E], seulement un mètre plus bas que le Plomb du Cantal sur le territoire de la commune de Chambon-sur-Lac (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes). Un mètre d’écart, ce n’est rien si l’on tient compte des incertitudes sur les mesures d’altitude ainsi que sur le lieu précis de la ligne de partage, qui ne passe pas toujours exactement au point le plus haut d’un sommet. Ce qui explique que nous décernions ce titre de point culminant ex-aequo de la ligne Loire-Garonne au Plomb du Cantal et au Puy-Ferrand.
• Margeride Au sud des deux points culminants ci-dessus, la ligne de partage Loire-Garonne passe par le Signal de Randon (1551 m) qui est le point culminant de la Margeride.
> Le Puy de Sancy (1885 m) est le point culminant du Massif Central [45°31.7’N 2°48.8’E] mais il n’est pas sur la ligne de partage des eaux Loire-Garonne, même s’il en est très proche. En effet, 1 km seulement sépare le Puy Ferrand (point culminant ci-dessus) du Puy de Sancy. Le versant nord du Puy de Sancy constituent la source de la Dordogne, les eaux de son versant sud s’écoulent par la Tarentaine et la Rhue avant de rejoindre la Dordogne à l’aval de Bort-les-Orgues [45°22.9’N 2°28.6’E].
Point le plus bas Il se situe à  384 m d’altitude sur le territoire de la commune de Roche-l’Abeille (Haute-Vienne, Nouvelle-Aquitaine) au lieu-dit La Barrière [45°37.4’N 1°14.3’E] entre les bassins versants de la Vienne (Loire) et de l’Isle (Dordogne > Garonne).

Tunnels Trois tunnels ont été percés pour franchir les Monts du Cantal sous la ligne de partage Loire-Garonne, à l’aplomb du Puy de Masseboeuf (1395 m d’altitude).
Routiers  Deux tunnels routiers à 1179 m d’altitude. Le premier tunnel de 1414 m de longueur a été, à l’époque de sa mise en service en 1843, le plus grand tunnel routier français. Il sert aujourd’hui de galerie de sécurité au deuxième tunnel (1515 m) ouvert en 2007. > entrées des deux tunnels routiers depuis Le Lioran (côté est)
Ferroviaire Un tunnel ferroviaire de 1959 m de longueur est en service depuis 1868  à 1151 m d’altitude, 25 m environ sous le premier tunnel routier. Il s’agit du point culminant de la ligne SNCF non électrifiée de 171 km de longueur qui relie encore aujourd’hui Figeac (Lot) à la gare d’Arvant sur la commune de Bournoncle-Saint-Pierre (Haute-Loire).

Chemins de Compostelle
La ligne de partage des eaux Loire-Garonne est traversée par plusieurs chemins de Compostelle également labellisés GR.
Voie du Puy (via Podiensis – GR 65) Ce chemin relie Le-Puy-en-Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port (environ 740 km). Il traverse à deux reprises la ligne de partage Loire-Garonne au cours de l’étape entre Le Sauvage  et Aumont-Aubrac. Nous sommes à 1300 m d’altitude sur le territoire de la commune de Chanaleilles (Haute-Loire), 3 km environ après le Sauvage et 600 m environ avant la fontaine Saint-Roch près de la limite entre les départements de la Haute-Loire et du Cantal [44°49.9’N 3° 27.7’E].
Via Arverna (GR 400 en partie) Cette voie jacquaire secondaire de 506 km relie l’Auvergne au Quercy en passant par trois préfectures, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Aurillac (Cantal) et Cahors (Lot). Elle croise à 4 reprises la ligne de partage Loire-Garonne au cours de l’étape entre Murat et Saint-Jacques-des-Blats sur les crêtes entre 1700 et 1550 m d’altitude de part et d’autre du Puy Bataillouse [45°6.0’N 2°43.2’E]. Une variante de cette étape plus intéressante passe au sommet du Plomb du Cantal sur la crête Loire-Garonne. > guide gratuit de la via Arverna
Voie de Vézelay (via Lemovicensis – GR 654) Ce chemin relie Vézelay à Saint-Jean-Pied-de-Port (environ 1100 km). Ce chemin ne traverse pas exactement le partage des eaux Loire-Garonne mais il passe si près de son tripoint final Loire-Garonne-Charente (à seulement 1,2 km) qu’il aurait été dommage de ne pas le citer. Nous sommes dans l’étape entre Flavignac (Haute-Vienne) et La Coquille (Dordogne) sur la commune de Pageas (Haute-Vienne), à l’endroit où l’on traverse un ruisseau en amont de la Gorre, affluent rive gauche de la Vienne [45°40.2’N 1°0.3’E]. > voir cette étape parcourue en 2015.

×