Même l’eau des canaux franchit la ligne de partage…

La ligne A/M est franchie à 11 reprises par des canaux dont la longueur cumulée est de 1797 km : 1178 km en France (66%), 352 km en Allemagne (20%) et 242 km en Espagne (13%) et 25 km en Suisse (1%).

> Sept canaux de navigation en servicesix en France et un en Allemagne. Ces canaux se composent d’un ensemble d’écluses en escalier qui permettent de franchir le relief jusqu’à un bief de partage des eaux qui traverse la ligne A/M.

> Deux canaux de navigation abandonnés au cours de l’histoire :
• en Allemagne, le Ludwig-Donau-Main Kanal a été abandonné depuis la mise en service en 1992 du canal à grand gabarit Main-Donau Kanal (MDK).
• en Suisse, le canal d’Entreroches a été le plus ancien canal traversant la ligne A/M, devançant de 33 ans le canal du Midi. Construit à l’initiative d’un français installé aux Pays-Bas, Elie du Plessis-Gouret, le canal a été en service à partir de 1648. Le projet qui consistait à l’origine à relier le lac de Neuchâtel (altitude 429 m, sur le bassin du Rhin par l’Aar) au lac Léman (altitude 372 m, sur le Rhône), deux lacs distants au plus court de 30 km, n’a jamais été terminé puisqu’il a manqué 12 km pour rejoindre le lac Léman. Le canal a été utilisé jusqu’en 1829. Une vidéo de l’ancien bief de partage iCi.

> Deux canaux acqueduc un en Allemagne (Altmühlüberleiter) et l’autre en Espagne (Tajo-Segura) servent au transfert d’eau entre les bassins versants de l’Atlantique et de la Méditerranée. Pour ces 2 ouvrages, le canal passe en tunnel sous la ligne A/M.

Tableau des 11 canaux de la ligne

Les 6 canaux français
Les 6 canaux de la ligne A/M en France, dont 2 en tunnels.

La caractéristique unique de la ligne A/M en France est qu’elle est coupée à 6 reprises par des canaux à écluses et biefs de partage. Ces canaux sont tous au gabarit dit Freyssinet (39 m x 5,2 m), trop faible pour la navigation marchande actuelle, qui a malheureusement été remplacée par des norias de camions encombrant les routes. La faible navigation qui subsiste aujourd’hui est uniquement touristique et saisonnière.

Tunnels : Deux canaux français ont une caractéristique intéressante parmi les 7 canaux de navigation en service qui franchissent la ligne A/M. Leur bief de partage emprunte un tunnel navigable :
– Le canal de Bourgogne, qui relie la Seine à la Saône, emprunte un tunnel sur 3333 m, la « voûte de Pouilly-en-Auxois ». Une petite vidéo de 41 secondes, attention baissez la tête !
– Le canal de la Marne à la Saône emprunte le tunnel de Balesmes-sur-Marne, long de 4823 m qui passe sous la ligne de partage des eaux (et sous la source de la Marne). Voir cet historique et une petite vidéo.
Voir aussi cet article sur les 2 tunnels navigables ainsi que la page tunnels.

Canal du Midi : Ce canal, long de 241 km, relie depuis 1681 Toulouse (sur la Garonne) à la Méditerranée. Il franchit le partage des eaux au « seuil de Naurouze » à 189 m d’altitude. Ce point est le plus bas de la ligne A/M (en dehors bien sûr du passage du détroit de Gibraltar). Ce qui explique que ce canal soit le plus ancien car sa construction, oeuvre de Pierre-Paul Riquet, un exploit pour l’époque, nécessitait un moindre franchissement de dénivelé.
Nota : rappelons (voir aussi plus haut) que l’histoire a enregistré un canal, franchissant la ligne A/M, plus ancien que le canal du Midi : le canal suisse d’Entreroches (1648), beaucoup plus court (25 km), en service jusqu’en 1829, mais qui n’a jamais été terminé car il manque 12 km pour rejoindre le lac Léman et le Rhône.

×