A pied de Prague à Anglet

Pour lire cet article en allemand, c’est ICI
Diesen Artikel auf deutsch lesen, hier klicken

Courtes vidéos que l’on retrouve dans cet article : pont Charles • métronome Prague • Main-Donau Kanal • Ludwig Kanal

Il fallait trouver une belle suite à ce camino, réalisé en mai 2015 entre Tarifa et Bilbao, qui partageait si bien la péninsule ibérique en 2 parties égales, tout en coupant la ligne A/M à 7 reprises.

Carte marches 2015

LE PROJET
Pour cette nouvelle grande marche, je me suis tourné vers le nord, pour de nombreuses raisons :
>> En août et septembre, le climat est bien adapté à la marche dans le nord, à une saison où la fournaise du sud de l’Espagne rend toute marche pénible. L’objectif était aussi d’éviter au maximum la pluie !
>> L’association Ligne de Partage a été créée à Anglet et il se trouve que la ville jumelle d’Anglet depuis 1968, Ansbach (Bayern), est traversée par la ligne de partage Atlantique (mer du Nord) / Méditerranée (mer Noire). Occasion de célébrer à la fois Jumelage et Ligne de Partage, sans oublier le plaisir de la marche au long cours sur un chemin auquel on a rajouté du sens.
>> Lors de la préparation de mon itinéraire en cherchant à utiliser en priorité des chemins de Compostelle (continuité du balisage, hébergements plus nombreux), j’ai pris conscience que Ansbach est relativement proche à pied de Prague. Et la Tchéquie étant un des 9 pays de la ligne A/M, il était tentant de commencer ce périple en partant à pied de l’emblématique Prague (Praha pour les tchèques).
>> Pour partir de Prague, il fallait d’abord y aller. Et il est apparu facile de prendre l’avion depuis Toulouse et de se poser à Prague 4h30 plus tard après une escale à Bruxelles. Simple mais pas neutre en terme d’émission de CO² (209 kg, équivalents à 1700 km seul dans une voiture moyenne récente), même si en rentrant à pied, l’impact global est bien moindre. Rappelons ici l’importance que notre association donne au volet environnement > charte éthique
>> Enfin, ce périple avait comme objectif de côtoyer souvent la ligne A/M, finalement traversée à 11 reprises en Tchéquie, Allemagne et France.

LA RÉALISATION

Pont Charles sur la Vltava. A 6h, il y avait moins de monde !
Pont Charles sur la Vltava. A 6h du matin le 1er août,  il y avait moins de monde !

Le pont Saint-Esprit sur l'Adour à Bayonne, le 6 octobre.
Le pont Saint-Esprit sur l’Adour à Bayonne, le 6 octobre.

Je suis parti le 1er août du méridien de Prague sur la place de la Vieille Ville (Staroměstské náměstí) en traversant le pont Charles (Karlův most) puis en longeant la rive gauche de la Vltava sur environ 15 km. Le 6 octobre, je suis arrivé à Anglet après 64 jours de marche, en longeant la rive droite de l’Adour que j’ai traversé sur le pont Saint-Esprit (Espiritu Saindua en basque ; Sant Esperit en occitan) à Bayonne. A 16h, j’étais à la mairie d’Anglet où un accueil bien sympathique m’a été réservé. Ansbach aussi se souvient iCi !

Carte prague > anglet
Ensemble du parcours et emplacement des 11 rencontres organisées sur la ligne A/M.

Le chemin parcouru de Prague à Anglet (2320 km), représenté sur la carte ci-dessus, a l’allure générale d’une grande diagonale entre la Tchéquie et le Pays Basque français. Il peut se découper selon les 4 grands tronçons suivants :
> 483 km de Prague à Ansbach : des chemins bien balisés, le plus souvent en pleine nature et dans des forêts denses, traversent les régions de Prague (Praha), Bohême centrale (Středočeský kraj), Pilsen (Plzeňský kraj) et Bayern. J’ai pris une journée de repos à Plzeň, élue en 2015, capitale européenne de la culture. Puis une journée à Ansbach avec les amis du jumelage !
Courtes vidéos iCi et iCi
Mes étapes (et gîtes) pour la nuit : Prague (hostel Ananas) ; 
Karlštejn (Penzion Dagmar) ; Roztoky ; Kralovice (hotel Bily Beranek) ; Plzeň (hostel River) ; Stříbro (penzion Chanos) ; Bělá nad Radbuzou (chez les Bombeiros comme au Portugal !) ; Eslarn ; Schwandorf (Gasthof Baier) ; Hohenburg ; Pfeffertshofen (invité en chambre d’hôtes) ; Feucht (pension Jacqueline) ; Oedenreuth ; Ansbach (chez Elisabeth et Günter).

> 500 km de Ansbach à Basel : le chemin traverse les régions de Bayern et Baden-Württemberg, puis une journée en Suisse, longée sur la rive gauche du Rhin, entre Koblenz et Bâle.
Mes étapes (et gîtes) pour la nuit : Ansbach ; 
Windelsbach ; Langenbourg ; Uttenhofen ; Backnang-Sachsenweiler (chez Barbara) ; Plochingen (chez Helmut) ; Tübingen ; Dettingen ; Balingen ; Rottweil (auberge de jeunesse) ; Villingen-Schwenningen (hotel Ketterer) ; Hüfingen ; Stühlingen (pension Gysi) ; Laufenburg (hotel Rebstock) ; Basel (auberge de jeunesse).

> 418 km de Basel à Vézelay : le chemin traverse le sud de l’Alsace   (Haut-Rhin) puis la Bourgogne-Franche-Comté (Territoire de Belfort ; Haute-Saône ; Côte-d’Or ; Yonne).
Mes étapes (et gîtes) pour la nuit : Basel (auberge de jeunesse) ; Bollwiller (chez Marcel l’Alsacien) ; 
Bellemagny (couvent des Bénédictines) ; Villersexel (Manoir Saint-Pierre) ; Vesoul (gîte camping du Lac) ; Recologne (chez Jean et Olga) ; Gy (gîte de la Fontaine) ; Château de Rosières (gîte pèlerin St-Jacques) ; Langres (invité chez Jean-Claude et Anita) ; Chanceaux (gîte communal) ; Semur-en-Auxois (hôtel du Commerce, le pire, n’y allez pas !) ; Cussy (chez Monique et René) ; Vézelay (Centre Sainte-Madeleine).

> 919 km de Vézelay à Anglet : il s’agit là de la voie de Vézelay par Bourges et Limoges (via Lemovicensis), un des chemins historiques de Compostelle. A partir de Saint-Sever (Landes), j’ai quitté la voie de Vézelay en direction de Dax, puis rejoint Anglet en longeant la rive droite de l’Adour. Cet itinéraire traverse 3 grandes régions : Bourgogne-Franche-Comté (Yonne ; Nièvre) ; Centre (Cher ; Indre) ; Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (Creuse ; Haute-Vienne ; Dordogne ; Gironde ; Landes ; Pyrénées-Atlantiques).
Mes étapes (et gîtes) pour la nuit : Vézelay (Centre Sainte-Madeleine) ; 
Cuncy-Mhers (chez Philippe Echegaray) ; La-Charité-sur-Loire (maison de la Loire); Baugy (gîte communal) ; Bourges (auberge de jeunesse); Issoudun (centre Jules Chevalier) ; Châteauroux (hôtel Brogard) ; Saint-Marcel (accueil pèlerin Alexeef); Crozant (gîte communal) ; Saint-Priest-la-Feuille (chambre d’hôte) ; La Besse-Les Billanges (gîte pèlerin) ; Limoges (soeurs franciscaines) ; Flavignac (gîte communal) ;  La Coquille (refuge pèlerin) ; Sorges (gîte pèlerins) ; Razac-sur-l’Isle (chez Mme Brocks) ;  Mussidan (refuge des pèlerins) ; Pellegrue (gîte communal) ; Saint-Hilaire-de-la-Noaille (chez Pierrette et Louis Negro) ; Bazas (refuge municipal) ; Bouriot-Bergonce (chambre d’hôte) ; Mont-de-Marsan (refuge pèlerins) ; Saint-Sever (halte jacquaire) ; Dax (maison de l’Arrayade) ; Sainte-Marie-de -Gosse (relais de l’Adour) ; Anglet (à la maison !).

ONZE RENCONTRES SUR LA LIGNE A/M
> 1 : Bělá nad Radbuzou (Plzeň) : Le 7 août, le Maire de Bělá était absent mais il a persuadé les pompiers de m’héberger dans leur salle de réunion, puisque la seule Penzion Radbuza de la ville était au complet.

Bělá nad Radbuzou, église, penzion Radbuza, mairie…

Colonne traditionnelle de panneaux très soignés... Le partage A/M est vers Valdorf...
Colonne traditionnelle de panneaux très soignés… Le partage A/M est vers Valdorf…

> 2 : Pilsach / Lauterhofen (Bayern) : le 11 août, j’ai été accueilli par  un bon groupe de gens avec 2 Maires, à Trautmannshofen sur la ligne A/M et la Seeplatz. Nous avons passé cette fin d’après-midi d’été à visiter joyeusement quelques sites de partage des eaux. Une vidéo montre l’ambiance !  article Mittelbayerische ; article Nordbayern

Trautmannshofen, le 11 août 2015
A Trautmannshofen,  accueil avec les Maires (chemises blanches) de Lauterhofen et Pilsach

Zone du partage entre Pfettershofen (Pilsach) et Trautmannshofen (
Zone du partage A/M entre Pfeffertshofen (Pilsach) et Trautmannshofen (Lauterhofen)

> 3 : Ansbach / Leutershausen (Bayern) : article Fränkische Landeszeitung ; article Leutershausen ; article Ansbach
Passer par Ansbach était un des objectifs prioritaires de mon périple pour relier à pied cette commune de la ligne A/M à Anglet, sa ville jumelle. J’y ai été très bien accueilli le 14 août et en 2 jours, nous avons exploré avec les amis d’Anglet bien des curiosités de la ligne en Bayern. Le 16 août, nous avons marché ensemble, sous la pluie, sur le Europaïschen  Wasserscheideweg. C’était le seul jour de tout mon périple où je me suis vraiment mouillé !

A Ansbach avec les amis d'Anglet et le Maire de Leutershausen
A Ansbach avec les amis d’Anglet et le Maire de Leutershausen.

Au sol, symbole de l'Altmühlüberleiter, tunnel acqueduc sous la ligne A/M
Avec Elisabeth, Günter et Sylvie à l’entrée de l’Altmühlüberleiter.
L'Altmühlsee, retenue sur le bassin du Donau, alimente le bassin du Main / Rhein par un tunnel
Altmühlsee alimente le bassin du Main / Rhein par un tunnel.

A Lengenfeld, sur le chemin de la ligne avec les amis d'Ansbach
A Lengenfeld, sur le chemin de la ligne avec les amis d’Ansbach sous la pluie.

> 4 : Windelsbach (Bayern) : article Nordbayern
En ce dimanche 16 août, quelques heures après avoir quitté les amis d’Ansbach, j’ai reçu un accueil inoubliable à Windelsbach, commune du haut-bassin de l’Altmühl, affluent du Danube.

Le Maire à la cravate rouge de Windelsbach et son équipe...
Le Maire à la cravate rouge et son équipe…

Visite des recoins de Windelsbach avec le Maire !
Visite des recoins de Windelsbach avec le Maire !

> 5 : Villingen-Schwenningen (Baden-Württemberg) : 3 articles ici
Le 25 août, le rendez-vous était fixé au centre du grand territoire de Villingen-Schwenningen, sur une colline boisée au pied d’une tour d’observation octogonale de 30 m de hauteur, construite en 1888 en même temps que la tour Eiffel parisienne. Du sommet de la tour, la vue est imprenable sur la plus grande commune du partage A/M allemand.

A Villingen-Schwenningen, au pied de la tour de la Wanne
Accueilli à Villingen-Schwenningen, au pied de la tour de la Wanne

Photo tour villingen
Tour d’observation de la Wanne (Aussichtsturm auf der Wanne)

>  6 : Hüfingen (Baden-Württemberg) : article Schwarzwälder Bote ; article Südkurier
Le 26 août, après mon passage à Donaueschingen où le gardien de la brasserie Fürsternberg m’a fait signe pour me dire qu’il venait de me voir dans le journal, j’ai été accueilli en mairie d’Hüfingen. Le Dr. Gerhard Bronner, responsable environnement de l’intercommunalité, a tenu à me montrer une oeuvre géologique qui répertorie les différentes roches que l’on trouve dans le secteur.

Accueil en mairie d'Hüfingen...
Accueil en mairie d’Hüfingen…

A Hüfingen, on s'intéresse à la géologie et au partage des eaux...
A Hüfingen, on s’intéresse à la géologie et au partage des eaux…

> 7 : Blumberg (Baden-Württemberg) : Le 27 août, parti tôt de l’hôtel Kranz à Behla, un des 6 quartiers de Hüfingen, j’ai franchi plusieurs fois la ligne A/M dans des très belles forêts. Et j’ai finalement décidé de rallonger ma marche pour passer par Blumberg où le partage des eaux est très présent en pleine ville. Le Maire était absent, mais j’ai pu présenter en mairie le projet d’identité des communes de la ligne. A suivre donc !

Magnifique chemin entre Mundelfingen (Hüfingen) et Blumberg
Magnifique chemin entre Mundelfingen (Hüfingen) et Blumberg.

A Blumberg, le partage A/M sépare même les lieux de culte
A Blumberg, le partage A/M sépare même les lieux de cultes différents.

> 8 : Pfetterhouse (Alsace) : article l’Alsace ; article DNA
Après un premier contact le 30 août autour du terrain de foot, j’ai été accueilli chaleureusement le 31 août avec Marcel, le pèlerin de Bollwiller qui m’hébergeait. A Pfetterhouse, la ligne est matérialisée depuis 2003 par un joli panneau dans l’axe des cages de foot, à 50 m à peine de la frontière avec la Suisse. De très bons échanges autour d’un verre ont suivi. Pfetterhouse est membre de l’association depuis le 15 février 2016. Article iCi

Avec le Maire de Pfetterhouse, devant le panneau du partage des eaux
Avec le Maire de Pfetterhouse, devant le panneau du partage des eaux

Match du dimanche 30 août sur la ligne A/M
Match du dimanche 30 août sur la ligne A/M

> 9 : Bellemagny (Franche-Comté) : Le 1er septembre, arrivé à Bellemagny, j’ai été hébergé au couvent des Bénédictines fondé en 1851. Le soir, le Maire m’a accueilli chez lui avec son épouse pour refaire le monde autour de la ligne de partage !

Le couvent de Bellemagny héberge aussi les marcheurs au long cours...
Le couvent des Bénédictines de Bellemagny héberge aussi les marcheurs au long cours.
Eglise du couvent des Bénédictines de Bellemagny
Eglise du couvent des Bénédictines de Bellemagny.

> 10 : Langres (Haute-Marne)Article journal de la Haute-Marne
Le 7 septembre, le président de l’association Chemin de l’eau, Jean-Claude Fourtier, est venu me chercher sur mon chemin à Til-Châtel. Autour de Langres, nous avons exploré le tunnel de Balesmes sur le canal de la Marne à la Saône et nous avons fait le « pèlerinage » au  tripoint Meuse / Seine / Rhône de Récourt (commune de Val de Meuse, Haute-Marne). Langres n’est pas une commune de la ligne, mais tout autour de la commune, le partage des eaux est bien présent !

Au-dessus de l'extrémité nord du tunnel de Balesmes.
Au-dessus de l’extrémité nord du tunnel de Balesmes.

Par ici, la ligne A/M passe par par le tripoint Meuse / Seine / Rhône...
Dans cette zone, la ligne passe par le tripoint Meuse / Seine / Rhône.

> 11 : Chanceaux (Côte-d’Or) : Le 8 septembre, j’avais une longue marche pour rejoindre Chanceaux et être à l’heure pour le rendez-vous avec le Maire, tout dévoué à sa commune, et qui héberge aussi les pèlerins. Même une journaliste était là pour le Bien Public, journal de la Côte-d’Or, mais désolé, je n’ai jamais vu l’article !

Photo panneaux chanceaux

Zone du partage au-dessus de Chanceaux
Zone du partage au-dessus de Chanceaux

REMERCIEMENTS
Ce périple solitaire, culturel et sportif a été vraiment facilité par l’accueil très motivant des communes de la ligne A/M que j’ai traversées. Un grand merci donc à toutes ces communes qui, j’espère, continueront dans la durée leur soutien à l’identité du partage des eaux. Je remercie également, Joseph Kohl, membre luxembourgeois de notre association, qui a été l’organisateur des rencontres avec les communes en Allemagne.
Merci à tous ceux qui m’ont encouragé de près ou de loin, en direct sur les chemins ou par l’intermédiaire de publications, sur facebook notamment. La bienveillance qui nous est accordée nous aide incontestablement à accomplir de tels projets.
Chaque longue journée de marche s’est terminée par un bon lit, qui n’a pas toujours été facile à trouver. Mais je n’ai finalement jamais dormi dehors. La moitié de mes nuits a eu pour cadre des hôtels, pensions, auberges de jeunesse ou chambres d’hôtes, le plus souvent dans des bonnes conditions et à des tarifs raisonnables. Une mention spéciale pour l’hôtellerie allemande, de qualité, à petit prix, et avec des petits-déjeuners inoubliables ! Ma pire expérience est malheureusement française, à l’hôtel du Commerce de Semur-en-Auxois, inoubliable aussi !
L’autre moitié de mes nuits a été possible grâce à ce que j’aime appeler le « système non-marchand (avec un d !) » en espérant que cela dure et pourquoi pas, se développe. Je remercie les associations jacquaires et les communes qui mettent à la disposition des pèlerins des gîtes aussi accueillants.
Et enfin je remercie encore plus fort tous les gens qui m’ont accueilli « chez eux comme à la maison », sans me connaître le plus souvent, et avec une grande générosité ! Leurs prénoms terminent ici cet article…
Elisabeth – Günter – Barbara – Helmut – Françoise – Marcel – Jean – Olga – Jean-Claude – Annita  Monique – René – Pierrette – Louis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *