Océan Atlantique

L’océan Atlantique étale son immensité entre à l’est, l’Europe et l’Afrique, et à l’ouest, le continent américain.  Pour les anciens, cette appellation désignait avant tout la mer se trouvant au-delà du détroit de Gibraltar par rapport à la mer Méditerranée. La superficie de l’Atlantique est sujette à controverse selon que l’on y intègre ou pas les mers bordières (dites aussi épicontinentales), les mers intracontinentales et l’océan Arctique.

Concernant la définition de l’océan Atlantique, notre association retient les hypothèses suivantes :
• Les mers bordières (ou épicontinentales) qui sont ouvertes sur l’océan par au moins deux entrées sont considérées comme parties intégrantes de l’Atlantique. C’est en l’occurence le cas des mers concernées par la ligne de partage Atlantique / Méditerranée (ligne A/M) : golfe de Gascogne (mar Cantábrico des espagnols) ; Manche ; mer du Nord.

Manche et mer du Nord, mers bordières de l’océan Atlantique.

• Les mers intercontinentales ouvertes par une seule entrée sur l’océan ne sont pas intégrées à l’Atlantique. C’est le cas de la mer Méditerranée (intégrant aussi la mer Noire) et de la mer Baltique.
• L’océan Arctique (14 millions de km²), largement ouvert entre le Groenland et la Norvège est considéré comme une partie de l’océan Atlantique.

Partie nord de l’Atlantique entre Europe-Afrique et Amérique du Nord

Avec ses hypothèses, l’océan Atlantique a une superficie de 102 millions de km². C’est le deuxième plus grand océan de la planète, derrière l’océan Pacifique (166 millions de km²).

La largeur minimale de l’océan Atlantique est de 2835 km entre le Brésil (Touros) et la Guinée-Bissau (Jeta).
Sa largeur maximale (sur une même latitude, sinon ce critère n’a pas de sens) est de 8318 km entre le Mexique et la Mauritanie.

La profondeur de l’océan Atlantique est très variable. Elle est en moyenne de 3330 m, correspondant à un volume d’eau de 340 millions de km³ qui laisse songeur !
Au-delà des zones proches des côtes, on trouve sa plus faible profondeur, toujours inférieure à 180 m, dans la Manche, mer bordière entre Angleterre et France.
A 128 km au nord de l’île de Porto Rico, l’Atlantique atteint sa plus grande profondeur dans la « fosse de Porto Rico » à – 8605 m. Ce fond extrême est aussi nommé « fosse de Milwaukee » en souvenir du croiseur américain USS Milwaukee qui a découvert cette fosse en 1939.

Si l’on considère que les îles de l’Atlantique font partie de l’océan comme des fonds émergés (mouvement des plaques et volcanisme), on trouve le point culminant de l’Atlantique dans l’île de Tenerife, la plus grande des onze îles espagnoles Canarias, dont huit sont habitées. Il s’agit du pico del Teide, un volcan de 3718 m d’altitude qui est aussi le point culminant de l’Espagne, devant le Mulhacén (3482 m en Sierra Nevada) et le pico de Aneto (3444 m dans les Pyrénées), deux sommets qui appartiennent à la ligne A/M.

Ce sont donc 12323 m qui séparent les altitudes extrêmes de l’océan Atlantique. Comme il est plus simple de gravir un sommet que de descendre au fond d’une fosse océanique, le président de Ligne de Partage a gravi en décembre 2017 le Teide, 66 km à pied depuis l’auditorium Calatrava de Santa Cruz de Tenerife,  niveau zéro de l’Atlantique. En images ci-dessous.

Un président au sommet de l’Atlantique !

 

 

2 réflexions au sujet de « Océan Atlantique »

  1. J’aime beaucoup cet article sur l’Océan Atlantique, auprès duquel je réside ; je retournerai le lire quelques fois, pour bien m’informer de toutes ces caractéristiques.
    Et après lecture l’on apprécie mieux les photos du périple de Pierre-Louis Blaix

    1. Merci beaucoup Annick pour vos encouragements et votre adhésion à notre association ! Cela nous aide à aller encore plus loin dans la connaissance géographique, domaine où il reste encore des tas de découvertes à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *