Archives par mot-clé : marche

A pied de São Vicente à Palos

Traducción al castellano por nuestra Vicepresidenta Marilda Sueiras Bardou AQUI

Courtes vidéos que l’on retrouve dans cet article : Algarve • El Rocío 1 • El Rocío 2 • El Rocío 3 • Cabo Cope • Palos

Le cru 2015 était plutôt bon avec la naissance de Ligne de Partage et ces deux grands chemins parcourus à pied, afin de donner à notre association un début de notoriété :
> en mai 2015, de Tarifa à Bilbao, 1390 km sur ce camino inventé pour bien partager la péninsule ibérique en 2 surfaces égales.
> à partir d’août 2015, 2320 km à pied de Prague à Anglet (von Prag nach Anglet) qui a permis la rencontre des maires et habitants de 13 communes de la ligne A/M.
Naissance du  projet
Pour rester à la hauteur en 2016, il fallait trouver un projet original, et lui donner le plus de sens possible. Après beaucoup de réflexions, mon choix s’est finalement porté sur la réalisation d’une traversée au sud du Portugal et de l’Espagne, entre océan Atlantique et mer Méditerranée. Car je n’avais pas encore marché entre océan et mer, alors que dans l’autre sens (de mer à océan), je commence à avoir collectionné les expériences :
> en mai 2013Valencia > Santiago > Muxía, 1285 km sur la « diagonale de l’Espagne » : camino de Levante, vía de la Plata portugaise, camino Sanabrés jusqu’à Santiago et enfin Muxía, ma pointe préférée. Courtes vidéos iCi et iCi
> en septembre 2013, Marseille > Bilbao, 1200 km avec un départ sur le Vieux Port de la belle Marseille, alors élue capitale européenne de la culture 2013. A partir d’Arles, on suit la vía Tolosana, puis le camino Aragonés. Courtes vidéos iCi et iCi et iCi
> en mai 2014, Alicante > Burgos > Anglet, 1038 km en suivant la sauvage, authentique et si peu fréquentée ruta de la Lana puis la vía de Baiona à l’envers. 
En plus de traverser le territoire de 12 communes de la ligne A/M, ce projet passe symboliquement par Palomares, lieu de la catastrophe nucléaire américaine, il y a tout juste 50 ans. ☢️ Malgré les drames, les lobbies militaro-industriels affirment toujours, en France encore plus, qu’un accident nucléaire non maîtrisé est impossible. ☢️

Anglet > Lisboa > Sagres > Sevilla > Granada > Almería > Palomares > Cartagena
Anglet > Lisboa > Sagres > Sevilla > Granada > Almería > Palomares > Cartagena

Réalisation

Pannonceau utile pour expliquer !
Un pannonceau utile pour expliquer !
Tout le matériel emporté sur ce chemin © plblaix
Bien préparé et surtout léger ! ©plblaix

Pour aller au départ de ce nouveau chemin d’océan à mer, de cap en cap, d’ouest en est, j’ai pris la nouvelle liaison aérienne d’Iberia (voir ici) entre Anglet/Biarritz et Madrid, puis la correspondance vers Lisboa : 900 km de vol ayant émis 280 kg de COcompensés ICI > voir aussi notre charte éthique.
Depuis Lisboa, j’ai rejoint Sagres (Algarve), 330 km au sud, en 2 jours, en alternant marche à pied (environ 50 km) et auto-stop.
Le cabo de São Vicentesur le territoire de la vaste commune de Sagres,  est le point le plus sud-ouest de l’Europe continentale. Plusieurs batailles navales ont eu lieu au large de ce cap, la plus importante étant celle de 1797 entre l’Espagne et l’Angleterre, gagnée par l’Angleterre et son déjà fameux Horatio Nelson (8 années avant Trafalgar, un autre cap, espagnol celui-là, près du détroit de Gibraltar).
A 3 km au nord de São Vicente, la géologie trouve l’illustration connue par les spécialistes mondiaux d’une discordance hercynienne à la Ponta do Telheiro (explication assez bien vulgarisée ICI).

Pointe sud-ouest de l'Europe sur la commune de Sagres.
Le Cabo de São Vicente, pointe sud-ouest de l’Europe sur la commune de Sagres.
Photo cabo sao vicente
Le Cabo de São Vicente, extrémité sud-ouest de l’Europe continentale.

Après 36 jours de marche commencée le 30 avril, je suis arrivé le 7 juin 2016 au cabo de Palos sur le vaste territoire de la commune de Cartagena (Murcia). Au large de ce cap se déroula, en 1938, la plus importante bataille navale de la guerre civile espagnole, commémorée par plusieurs monuments dans toute l’Espagne. Le cabo de Palos est aussi la pointe la plus sud-est de l’Espagne continentale. Courte vidéo iCi

Fin du chemin depuis le Cabo São Vicente.
Fin du chemin depuis le Cabo de São Vicente.
Le Cabo de Palos, extrémité sud-est de l'Espagne continentale
Le Cabo de Palos, extrémité sud-est de l’Espagne continentale

Photo carte camino sud espagne

En détail le parcours réalisé, les étapes, les distances, les communes A/M rencontrées, etc. ©plblaix

Ce périple à pied de 1180 km suit une direction générale ouest > est toujours proche du 37ème parallèle nord. Trois régions du Portugal et de l’Espagne ont été traversées : Algarve (223 km ; 19%), Andalucía (826 km ; 70%) et Murcia (131 km ; 11%). Je suis passé par cinq des huit provinces d’Andalucía : Huelva, Sevilla, Málaga, Granada, Almería. J’ai même fait quelques pas en Córdoba en faisant le tour du fameux tripoint de régions Málaga/Córdoba/Granada, dénommé Trifinio en bordure de la commune A/M de Villanueva de Tapia dont j’ai aussi rencontré Madame la Maire.
• El Rocío : avant Sevilla, j’ai fait étape le 10 mai sous la pluie à El Rocío, le plus important lieu de pèlerinage d’Espagne, qui rassemble, chaque année à la Pentecôte (en 2016, c’était le 15 mai), plus d’un million de pèlerins. Courtes vidéos iCi et iCi et iCi
• Croisement : le 18 mai j’ai retrouvé avec émotion pendant 1 km le camino mozarabe de Málaga  où je suis passé le 9 mai 2015 sur mon chemin  de Tarifa à Bilbao, dans les oliviers de Villanueva de Algaidas, commune de la ligne A/M. J’ai d’ailleurs dormi dans le bel albergue de peregrinos de Villanueva avant de rencontrer le maire le lendemain.
• Ligne A/M : entre Sevilla et Granada, j’ai rencontré comme prévu les élus de 4 communes de la ligne A/M : La Roda de Andalucia (Sevilla, deux articles iCi et iCi) • Villanueva de Algaidas (Malaga) • Villanueva de Tapia Malaga) • Loja (Granada).

planche-photos-elus-andalucia-1

• Sommet : après Granada, j’ai rejoint Güejar Sierra, objectif du périple 2015 de notre ami Michel Cerdan. Et grâce aux chaussures, crampons et bâtons prêtés par les amis de Güejar j’ai pu franchir la Sierra Nevada, malgré un vent énorme, en passant au sommet du pico Veleta (3398 m) et à moins de 200 m du Mulhacén (3480 m), point culminant de l’Espagne continentale.
• Ligne A/M encore : entre Granada et Almería, j’ai rencontré comme prévu les élus de 4 autres communes de la ligne A/M, faisant toutes partie de la province de Granada : Güejar Sierra • Monachil • Trevélez • Bérchules.

planche-photos-elus-andalucia-2

• Almería : quel accueil à Almería chez Jorge Sagarra et tous ses amis des caminos de Santiago et du club Caminantes Molino de Aguafresca. Merci !
•  Palomares ☢️Avant de quitter l’Andalucía, je suis passé le 3 juin à Palomares (à l’embouchure du río Almanzora), malheureusement connu par l’accident aérien et nucléaire du 17 janvier 1966 où un B52 américain a entraîné la chute de 4 bombes nucléaires dont 2 ont disséminé, sans exploser, plus de 20 kg de plutonium sur le territoire. Cinquante ans après, la zone est toujours interdite et sous contrôle mais l’omertà règne ici pour ne pas nuire au tourisme ! Voir cet article récent sur « l’Hiroshima espagnol » qui contient une infographie très claire. ☢️
• Fleuves A/M : lors de ce périple, j’ai donc traversé 6 fleuves parmi les 73 fleuves de la ligne A/M (dont 37, plus de la moitié, coulent en Espagne).
> Deux grands fleuves : río Guadiana,  sur la frontière entre Vila Real de Santo Antonio (Algarve, Portugal) et Ayamonte (AndalucíaEspagne) • río Guadalquivir puis le canal Alphonse XIII au coeur de Sevilla (Andalucía).
> Quatre ríos côtiers méditerranéens au sud de la Sierra Nevada : Guadalfeo • Adra • Andarax • Almanzora.

Je termine cet article en remerciant tous les gens merveilleux qui m’ont encouragé, accueilli et qui font définitivement partie de ce périple géographique.